Bobby Curnow parle des Tortues Ninja


Bobby Curnow est l’éditeur des titres Teenage Mutant Ninja Turtles chez IDW depuis l’acquisition des droits et le relaunch il y a deux ans. Il a accepté de répondre à quelques questions sur son parcours, son travail, et surtout la série TMNT. Interview réalisée en aout 2013.

Bobby Curnow

 

Pourrais tu te présenter brièvement pour nos lecteurs ?

Je m’appelle Bobby Curnow, éditeur entre autre des Teenage Mutant Ninja Turtles chez IDW. Après une brève carrière dans le monde du cinéma, je suis rentré chez IDW en tant que stagiaire. Puis, petit à petit, j’ai gravi les échelons et me voila éditeur.

Pourrais tu présenter le rôle d’un éditeur dans l’industrie du comic US ?

Difficile de répondre, cela représente tellement de choses. Un éditeur a un peu le rôle d’un producteur au cinéma : celui d’un gestionnaire de projet. On fixe un planning, les deadlines pour que nos échéanciers de publications puissent être respectés et ainsi que l’on puisse avancer. On reçoit également des pitchs d’artistes et les aidons à améliorer leur vision créative. En tout cas, je l’espère si je fais bien mon taff ! Ensuite, il y a toutes les interactions avec les bailleurs de licences pour être sûr qu’ils sont contents de ce qu’on en fait. De même avec les fans ! Ensuite il y a relecture, s’occuper des sollicitations, et pleins d’autres trucs ennuyeux.

Comment es tu devenu spécifiquement éditeur des titres TMNT ? Etait-ce un choix ?

Quand j’ai entendu qu’IDW obtenait la licence, j’ai immédiatement été volontaire pour travailler dessus. J’étais nouveau chez IDW à ce moment la, et j’ai donc collaboré avec l’éditeur Scott Dunbier au début. Quand il était acquis que je pouvais m’en sortir seul, j’ai eu le travail à temps plein, surtout que Scott avait déjà énormément de titres à s’occuper.

Es tu un fan des Tortues à la base ?

J’ai 32 ans, j’ai donc grandi en plein dans la première folie TMNT. J’étais un grand fan du dessin animée original et des jouets évidemment. En grandissant, j’ai commencé à lire plus de comics. J’ai commencé avec les Archie, puis les runs chez Mirage. Donc oui, je suis un fan depuis un moment !

Quand vous avez obtenu la licence TMNT, était ce pour vous un acquis que Kevin Eastman travaillerait dessus ?

Non, personne chez IDW ne savait s’il serait interessé ou non. On pensait pouvoir obtenir une couverture ou deux, rien de plus. Mais il était très intéressé et excité de travailler sur le titre de nouveau. Il a amené un tas de bonnes idées sur la table. Travailler régulièrement avec Kevin est surement la plus grosse et meilleure surprise de ma carrière dans l’industrie du comic.

Au début, n’était il pas trop difficile justement de travailler avec le co-créateur de la série ? N’était il pas compliqué d’apporter des nouveautés par rapport au comic original, tout en restant proche pour ne pas perdre le fan ?

J’ai eu exactement les mêmes craintes et ces doutes quand on a commencé. Je pensais qu’il aurait voulu les choses à sa manière, ce qui aurait été compréhensible. C’est son bébé après tout ! Mais c’était avant de le connaitre. Kevin est la personne qui nous soutient le plus et nous encourage à essayer de nouvelles choses sur la série. Il nous a permis de garder les pieds sur terre et nous a donné des liens avec le passé des Tortues que nous n’aurions pas eu sans lui. Nous aurions fait une grande série sans son aide, mais il nous a aidé à la rendre un peu plus spéciale.

Comment choisis tu les artistes avec lesquels tu souhaites travailler sur le titre ? Par exemple, Dan Duncan n’était pas connu dans le milieu, comment est il arrivé à dessiner les Tortues ?

J’aimerais avoir un peu de mérite pour Dan Duncan. C’est Tom Waltz, le scénariste, qui avait déjà travaillé avec lui sur un autre comic qui l’a recommandé. Il était important d’avoir quelqu’un de fort dans le chara-design, un don pour les scènes d’actions, de passionné par les tortues, et qui puisse tenir les deadlines ! On voulait donner au titre un côté un peu « indy » sur les bords, qu’il soit différent des comics de super héros en gardant un lien avec les origines des Tortues Ninja. Dan avait toutes ses qualités. On a eu de la chance qu’il soit arrivé à point nommé.

Si je n’ai aucun mérite pour Dan, je peux par contre en avoir pour les suivants. J’essaie d’avoir un oeil au maximum sur des nouveaux talents. J’aime différents style de dessins, et je pense que ça se ressent dans les différents artistes que l’on a pu voir sur les différents titres (ongoing et Micro Series). TMNT tire ses racines dans la Sci-Fi, le Noir, et l’action, cela nous permet d’utiliser différents styles. Dès qu’un artiste passionné par les Tortues peut venir avec son propre style, je suis intéressé ! (tant qu’il peut tenir les deadlines).

Dark Leo 

Quand vous avez commencé de pitcher le titre, saviez vous exactement ou vous alliez allé dans le futur ? Par exemple, quand City Fall est il venu sur le tapis ?

Encore une bonne question ! Je répondrais « en quelques sortes » ! On essaie d’avoir l’année à venir de planifier au moins. Donc quand on a commencé, on savait où on allait jusqu’au numéro 12. City Fall est donc arrivé à la fin de la première année, pendant le premier arc sur Schredder. On a pensé « comment Shredder pourrait il le mieux torturer Splinter ? – en prenant un de ses fils et en lui faisant renoncer à la Turtle Familly ! « . Petit anecdote, on pensait dans un premier temps faire en sorte que Leonardo soit le fils de Shredder au Japon Féodal, et qu’Hamato Yoshi l’ait adopté ! Finalement, on a changé pour pleins de raisons, mais l’idée de Dark Leo vient de là.

En plus de l’ongoing, il y a toutes les Micro Series, et la mini The Secret History of the Foot Clan. Pour les Micro Series, le but était-il de suivre le modèle originel de Mirage et de lui rendre hommage ou tout simplement d’approfondir la caractérisation des personnages ? Pour The Secret History, pourquoi l’avoir lancé en Mini Série plutôt que dans l’ongoing ?

Pour les Micros, les deux ! On les a commencé comme un hommage, et cela permettait d’explorer les personnages de manière plus individuelle.

The Secret History a d’une manière une histoire interessante. J’avais dans un premier temps parlé à Mateus d’écrire la série bien avant que l’on la démarre ! Il avait des idées très intéressantes. Plusieurs éléments nous ont fait finalement choisir Tom comme scénariste principal, mais je gardais dans un coin de la tête la passion des Tortues que Mateus m’avait inspiré. Je l’ai convaincu de venir en tant que fill-in artiste pour le Japon Féodal sur TMNT #5, et il a vraiment donné vie à ce segment. J’ai donc pensé : « je veux en voir plus! ». J’avais le titre de la mini série en tête depuis un moment et je l’ai proposé à Mateus, pour savoir s’il voulait étoffer cet aspect de l’univers. Heureusement, il a accepté. A partir de la, nous avons travaillé sur le développement de l’histoire et Erik Burnham nous a rejoint pour aider sur le script. Finalement, il a aidé sur toute l’écriture.

On ne voulait surtout pas distraire le lecteur de ce qui se déroulait dans l’ongoing. De plus, sa nature spéciale (artistes différents, la période qui change également…) ont fait qu’une mini-série était préférable.

Mateus m’avait précédemment avoué que lors de votre première rencontre lorsqu’IDW  venait de récupérer les droits, il avait proposé un pitch d’une série qu’il aurait écrite et dessinée. Est ce qu’un jour, on verra cette histoire ?

Ha, je n’avais pas vu cette question avant de répondre à la précédente ! Donc voila, la boucle est bouclée. L’histoire de Mateus était une histoire originale, qui avait de nombreuses différences par rapport à l’univers que l’on a tissé. Donc elle ne pourrait pas s’insérer dans ce Turtle-universe la. Cela devrait se dérouler dans un « elseworld ». Peut être un jour… Il y avait vraiment de bonnes idées dedans. Je me souviens que dans sa proposition, OOZE était juste une numérotation pour un produit chimique… 0023. Et je trouvais ca plutôt cool. J’ai quelques trous de mémoire, il faudrait que je me relise tout ça !

Sur City Fall, tu es également crédité en tant que scénariste. Quelle a été ta part dessus par rapport aux précédents numéros ?

J’ai toujours été assez impliqué dans l’écriture de l’histoire. Tom et moi, nous travaillons seulement à quelques mètres l’un de l’autre, et on partage nos idées sur l’histoire tout le temps. City Fall est le point culminant de ces partages, donc Tom a gentiment proposé que je sois aussi crédité. Maintenant, je ne vais plus lâché mon statut de scénariste !

Avant de commencer l’aventure TMNT, t’es tu fait une cure de comics/séries TMNT pour t’imprégner au maximum de l’univers, du passé, afin de pouvoir introduire les éléments de chaque itération ?

J’étais déjà très familier avec le monde des TMNT depuis ma jeunesse. Je n’avais rien vu de la série de 4Kids, ni les tous derniers comics, comme les Tales of TMNT. Cela a été assez plaisant de tout me refaire. Il y a tellement d’itération des TMNT, de tous les âges, que nous sommes dans une parfaite situation : nous n’avons qu’à prendre les éléments que l’on désire du passé, et on les mixe ensemble.

La Micro Series #7 sur April O’Neil a la particularité d’être écrite et dessinée par des femmes. Etait ce voulu de choisir des femmes pour réaliser le single sur la femme la plus importante de la série ?

Cela fait un moment que je suis fan de Marley Zarcone, et je voulais vraiment travailler avec elle sur ce titre. Plusieurs scénaristes, dont des hommes, avaient également proposé des pitchs pour ce numéro, mais cela ne convenait pas. Barbara Kesel a quant à elle apporté une perspective parfaite sur le personnage, donc cela a fonctionné. Même l’arrivée de Breckel s’est faite naturellement, en aucun cas par volonté de mettre que des femmes sur le titre. Juste les meilleurs artistes.

Cover My Little Pony

Tu es également éditeur de My Little Pony. Comment en es tu arrivé à être éditeur de cette série ?

Haa, My Little Pony… Je ne m’y attendais pas du tout a celui la. On en parlait au bureau, et j’ai dit « Katie Cook serait super sur cette série ». Ce à quoi tout le monde à répondu « oki, c’est ta série maintenant ! ». Je n’avais absolument aucune idée ce dans quoi je m’engageais. Mais j’ai été agréablement surpris et j’en suis même venu à apprécier le dessin animée. J’ai toujours trouvé ça dommage que les jeunes ne lisent pas beaucoup de comics de nos jours, donc voir des enfants appréciés un bouquin sur lequel je travaille est très valorisant.

Je suis également éditeur des comics Godzilla, et bien d’autres creator-owned. Je recommande d’ailleurs Wild Blue Yonder !

Quelques anecdotes à partager sur les TMNT ? Quelques infos sur le futur ?

Occasionnellement, Tom se mélange entre Shredder et Splinter dans ses scripts. Donc parfois, je lis des situations assez cocasses : « Splinter poignarde Casey dans le ventre! » et la je me dis « QUOI??! » C’est arrivé que deux fois, mais ça m’a bien fait rire.

Après City Fall, il y aura Northampton, que je suis assez impatient de voir sortir. Ross Campbell est très talentueux, en plus d’être passionné par les Tortues Ninja. J’ai vraiment hâte de le voir sur plusieurs numéros, et pas uniquement sur un single. L’histoire sera vraiment différente, et contre-balancera parfaitement avec City Fall. Les Micro-Seires restantes, Karai, Hun, Bebop & Rocksteady, et Shredder, ont aussi leur importance pour moi. J’ai vraiment l’impression qu’on tient un bon format maintenant.

On est également en grande discussion sur l’introduction de nouveaux personnages pour les années à venir. Ca va vraiment être cool.

La Micro Series sur Shredder sera-t-elle la dernière ? Quels sont les plans pour les futurs tie-ins liés à l’ongoing ?

The Shredder sera la dernière Micro-Series actuellement au planning. Je ne peux pas dévoiler la suite du programme encore, mais c’est assez excitant.

Pour finir, ta tortue préférée ?

Si je devais choisir, ça serait probablement Leonardo.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *