Free Comic Book Day TMNT d’IDW, la review


Le premier samedi de mai, c’est jour de fête pour les fans de comics : le Free Comic Book Day. Si IDW n’avait pas proposé de titre Teenage Mutant Ninja Turtles l’année dernière, pour l’édition 2015 le TMNT était un des singles gratuits très attendus vu les événements du numéro 44 il y a maintenant plus d’un mois. Si la suite (le 45) est sortie juste avant et permettait aux lecteurs habituels de découvrir la résolution du cliffhanger de l’ongoing, ce single du Free Comic Book Day permettait aux curieux de comprendre les évènements qui ont tant fait parlé et ont permis un gros focus sur les Teenage Mutant Ninja Turtles dans les médias.

FCBD TMNT

L’éditeur IDW a relancé les Teenage Mutant Ninja Turtles durant l’été 2011, en pleine folie médiatique New 52 chez DC. A l’époque, difficile de se faire une place autant dans les discussions comics que sur les étales des comics shop, surtout pour une licence qui était sorti de la tête des gens depuis des années, dont la dernière tentative de remise sur le devant de la scène fût un film d’animation à la production si chaotique qu’il n’a failli pas voir le jour. Les Tortues Ninja, cela restait une Madelaine de Proust pour beaucoup, des souvenir lointains qu’il fallait faire revivre. La tâche revenait alors à l’éditeur Bobby Curnow chez IDW, qui s’est entouré à l’époque de Tom Waltz, Dan Duncan, mais surtout de Kevin Eastman pour co-écrire l’histoire et réaliser les layouts. Si plusieurs dessinateurs se sont succédés sur le titre, ce n’est pas le cas des trois têtes pensantes qui dès le départ avaient imaginé des plans sur le long terme. Ce qui se déroule aujourd’hui dans le turtleverse n’est que l’accomplissements de 4 ans d’histoires sur l’ongoing,les micro, et les mini-séries. Ce fascicule d’IDW pour le Free Comic Book Day est là pour retracer ces grands lignes, donner les cartes en main à chacun, mais également lancer le rush « final » jusqu’au numéro #50 symbolique. Si la qualité est présente depuis le relaunch,, elle est également condensé dans ces 20 pages.

La difficulté principale était de trouver un équilibre entre rétrospective et nouveauté. Le contrat est ici parfaitement rempli avec une balance presque parfaite (11 pages de flashback pour 9 d’actualités),et une alternance intelligente pour ne pas rentre la vingtaine de pages lourde. En ouverture, le principe de la réincarnation qui sert de base au background d’IDW est introduit sans paraître loufoque, avant de nous plonger dans la dure réalité de la condition de Donatello, en très mauvais état avec Splinter à son chevet. The Secret History of the Foot Clan, City Fall, Attack on Technodrome, les Mutanimals, tous les principaux arc et séries sont rappelés, introduisant habillement la pléthore de personnages faisant la richesse du turtleverse d’IDW. Chaque faction, chaque bataille, tout élément qui a amené à la situation actuelle trouve sa place dans un coin de case. Pour autant l’action n’est pas mise de côté. Leonardo décide même de laisser de côté la furtivité des ninjas pour se battre à la vue de tous contre des Purple Dragons terrorisant la population, et ainsi se retrouver face à Hun. L’affrontement est interrompu par l’arrivée de Bludgeon et Koya, les deux sbires de Karai nouvelle leader du Foot Clan, pour une bataille entre mutants. Avant qu’arrive un nouveau participant à cette bagarre…

Si l’écriture de Tom Waltz permet de comprendre quatre ans de Tortues Ninja chez IDW sans ennuyer l’habitué, le dessin de Mateus Santolouco (avec quelques reprises de cases de Ross Campbell, Dan Duncan et Cory Smith des précédents numéros pour les flashbacks) soigné et sublimé (il me semble tellement important de le rappeler…) par les couleurs de Ronda Pattison rend ce single, bien que gratuit, parmi les meilleurs fournis par IDW. Bien évidement, certains numéros sont bien plus profonds et resteront plus en mémoire. Mais pour le Free Comic Book Day,il est important de pouvoir contenter à la fois le fan de la première heure qui ne boudera pas son plaisir d’avoir une dose supplémentaire de TMNT dans son mois, et surtout le néophyte ayant envie de se replonger dans des récits de ses héros d’enfance, surtout en sachant que ce genre de récit pour remettre à niveau le lecteur aurait très bien pu se retrouver dans un numéro fill in afin de faire gagner un mois à l’équipe créative…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *