TMNT Ghostbusters #4, la review et bilan de la mini-série


La mini série crossover événement chez IDW Teenage Mutant Ninja Turtles Ghostbusters vient de toucher à sa fin. Lors de son annonce, les craintes étaient grandes tant ces deux monuments de la pop-culture des années 80 ont une place importante dans le cœur des fans. Etait-ce une fausse bonne idée tenant uniquement sur la fanbase ? Si vous avez suivi les reviews des trois premiers numéros, vous savez que non. Qu’en est-il de ce dernier numéro, et de la mini dans son ensemble ?

TMNT Ghostbusters Atkins

Il est répétitif de dire que voir ensemble les Teenage Mutant Ninja Turtles et les Ghostbusters est un rêve de gosse, et qu’on aurait tous adoré voir un film avec ces deux équipes associées. IDW a réalisé ce rêve, en mettant en place une équipe créative plus que solide : Tom Waltz, Erik Burnham, Dan Schoening, et Luis Antonio Delgado. Le premier a fait renaître les TMNT depuis plus de trois ans et demi avec brio, tandis que Burnham, Schoening et Delgado ont fait vivre les Chasseurs de fantômes un bon moment en comics avant l’annulation récente du titre. Dire qu’ils maitrisent tous leur univers respectif serait un euphémisme, et pendant quatre numéros, ils nous l’ont prouvé. Tout ce que l’on pouvait attendre d’une telle rencontre, ils nous l’ont offert.

La construction du numéro ressemble aux précédents, avec simple déplacement du lieu puisque cette fois-ci Chi-You attaque directement la caserne des Ghostbusters : les fantômes-démons attaquent, il y a riposte de la nouvelle coalition, les uns pensent avoir le dessus jusqu’à un enième retournement de situation, et finalement les gentils gagnent. Après trois numéros, la recette est toujours la même et finalement, rien d’autre n’était attendu sur cette conclusion. Chi-You prend possession du corps de Winston, Mikey s’amuse avec du slime, des pièges à fantômes sont lancés, et les scientifiques Egon et Don font les rats de laboratoires pour sauver la situation. Le classicisme est total et il n’y aura aucune surprise. Même la conclusion et la dernière page laissant entrouverte la porte à une potentielle suite dans un futur plus ou moins lointain est prévisible. Pour autant, ce n’est pas grave.

En quatre numéros, chaque personnage arrive à être impliqué, et à  aucun moment on se demande ce que chacun fait, et ce malgré un cast assez important puisque l’on a une bonne douzaine de protagonistes. Aucun n’est mis de côté, et il s’agit bien d’un crossover entre les Teenage Mutant Ninja Turtles et les Ghostbusters, et non une série TMNT avec les GB en guest. L’équilibre est très bien trouvé entre les deux équipes, et entre tout les héros. Le seul bémol que l’on pourrait apporter finalement est sur Chi-You, un vilain bien fade pour ces deux équipes emblématiques et qui transpirent la classe et le charisme, et qui finalement se retrouve à des lieux derrières les deux membres de sa fratrie que sont The Rat King et Kitsune. Et pourtant, The Rat King n’a été présent qu’un numéro de l’ongoing, et Kitsune ne fait des apparitions que sporadiquement. Ces deux vilains tirent toutes les ficelles du turtleverse, et Chi-You veut juste taper pour régner. Heureusement, les « good guys » attirent très facilement les projecteurs.

Le dessin de Dan Shoening a été solide pendant quatre numéro, arrivant à rendre fluide l’action omniprésente. Les couleurs de Luis Antonio Delgado aident particulièrement à cette dynamique qu’offre la lecture et on parcourt les pages pourtant chargées avec une grande facilité. Le style de Schoening offre une grande expressivité des personnages. Dans le premier single, Cory Smith réalisait quelques planches pour les événements se déroulant dans l’univers des Tortues. Pour leur retour dans leur dimension, il s’agit de Schoening  tentant d’imiter le trait de Smith, et l’effort de ne pas mettre son style cartoony mais proche de l’artiste actuel de l’ongoing est louable.

Pendant quatre numéros, Tom Waltz Erik Burnham et Dan Schoening nous ont offert la rencontre dont on a tous rêvé pendant les années 90, et avec réussite. Cette mini-série ne restera pas dans les annales ni dans toutes les mémoires. Elle réussit cependant le principal : être intéressante, drôle, bien dessinée et colorisée, et nous faire prendre du plaisir. Les interactions entre les membres des Ghostbusters et des Teenage Mutant Ninja Turtles font le crossover bien plus que l’histoire, et sur ce point on aurait été gourmand d’en avoir un peu plus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *