TMNT Out of the Shadows sur XBLA, la review


L’annonce de la reprise des droits d’exploitation TMNT pour les jeux vidéo par Activision avait soulevé d’énormes doutes tant l’éditeur est habitué à saccager des licences. Le fait que le premier titre, TMNT Out of the Shadows (Depuis les Ombres en VF), sorte uniquement sur les plates-formes de téléchargement ne permettait guère de se réjouir. Puis, les premiers visuels, les premiers trailers, faisaient leur apparition. Malgré un public partagé notamment sur le design, le jeu intriguait. Après une longue attente, le jeu est sorti il y a un an sur XBLA et Steam, tandis que la version PSN est disponible uniquement depuis avril.

Out of the shadows

Lorsque les premiers visuels sont apparus et comme à chaque nouveau projet Tortues Ninja, la toile s’est divisée en deux : les irréductibles « c’est moche », et les optimistes « à voir ». On touche malheureusement à un problème bien plus important que ce jeu : chacun à sa propre vision des Tortues, et le changement est difficile. Beaucoup des critiques qui ont été faites sur ce design faisaient d’ailleurs un rapprochement avec la série télé des années 90. On peut ainsi lire sur le net certains « fans » reprochant un aspect pas sympathique. Donc des personnes qui ne connaissent que la série qui a bercé notre enfance et lynchent tout ce qui s’en écartent en étalant une méconnaissance totale de la licence. Et bizarrement, ces mêmes personnes qui s’extasieront devant les dessins réalistes de Dave Rapoza… On peut ne pas aimer le design, mais la manière de le dire a son importance. Lors des premiers trailers de la série de Nickelodeon, c’était déjà la même chose. Les aficionados de la série de 87 uniquement ne seront pas content, les lecteurs assidus qui se sont arrêtés au premier volume de Mirage également, etc… Il n’y a pas de vrai ou mauvais fan. Chacun a grandit et a sa propre conception du design de la fratrie. Par contre les critiques du contenu simplement parce que ce n’est pas ce que l’on connait et reconnait au premier coup d’oeil, c’est ce qu’on appelle un procès d’intention. On aime ou on n’aime pas le design, mais il reste un jeu derrière.

Dans leur visuel général comme leur allure, leur déplacement, on reconnaît chaque frère, c’est là le plus important. Si on devait voir des tortues humanoïdes pratiquer le ninjutsu, le résultat devrait être proche de ce que nous pouvons voir ici. Le plus gros soucis vient du fait qu’on a le droit à un design original, tandis que l’univers et les vilains sont très proches de la série animée de Nickelodeon. Il est dommage de ne pas avoir chercher à faire un mini univers TMNT indépendant ou coller à celui de la série plutôt que de reprendre de l’existant uniquement pour la moitié des personnages. Le côté sombre souhaité dans la direction artistique en prend un sacré coup.

TMNT out of the Shadows Classic

Du côté des graphismes du jeu, ne vous attendez pas à une claque visuelle. On est sur de la 3D assez vieillotte, qui sans être moche, accuse le coup. Le jeu ne tient bien évidemment pas la comparaison avec les superproductions, mais malheureusement il manque également de ce petit charme qui attire l’oeil. Quand on n’a pas les moyens de réaliser des graphismes de haut niveau, il faut au moins essayer d’apporter sa patte dessus. L’absence de caractère prend malheureusement le dessus. Les décors sont assez assez redondants dans un même niveau. Si l’exploration était plaisante, il serait assez facile de passer outre. Mais la faiblesse des textures d’ambiance se fait quand même ressentir. Les jeux d’ombres importants renforcent l’atmosphère sombre souhaitée dans la direction artistique qui aurait été parfaite avec un peu plus de soin dans les décors. Malheureusement, quatre niveaux cela reste assez faible pour développer une histoire, une ambiance, et devant ces faiblesses, il fallait que le gameplay suive…

Les premières vidéos laissaient immédiatement présager un style de combat (sans chercher à vouloir tenir la comparaison) proche des Batman Arkham de Rocksteady. Vous contrôlez une tortue parmi les quatre, pendant que l’IA s’occupe des autres. Malheureusement, elle n’est pas des plus douée et on passera de longs moments à ranimer nos camarades ou les voir apparaître juste derrière nous après être resté à la traine. Entre deux passages d’explorations on enchaine des combats qui peuvent paraître long et fastidieux aux premiers abords. Un passage par le dojo d’entrainement permettra de se rendre compte du grand nombre de combos et de coups différents, de toutes les possibilités qui s’offriront à nous. Si la fratrie se ballade ensemble, c’est qu’elle peut combattre ensemble. On retrouve ainsi un grand nombre de combos de groupe qui ne sont pas uniquement efficaces, mais également un régal à voir. Si un premier contact en entrainement permet d’appréhender toutes les possibilités qui sont différentes pour chaque tortue, c’est vraiment dans le jeu que cela devient sérieux et on se rend compte de la richesse du système de combat. Oubliez le bashing d’un simple bouton si vous ne voulez pas de combats non seulement barbants, mais surtout interminables. Exploitez toutes les possibilités pour devenir un vrai Ninja et profiter de tout ce que Out of the Shadows propose. En avançant dans le jeu, on gagne également en expérience permettant de monter différents arbres de compétences pour chacune des tortues. Si le jeu se termine vite, la rejouabilité rien que du mode histoire est ainsi grande, en se focalisant sur un personnage, montée d’une manière spécifique. Les compétences acquises ne sont pas de l’anecdotique et influent vraiment sur la manière de jouer. Heureusement d’ailleurs que le système de combat tient la route, puisque ce n’est pas les petits jeux, le piratage, ou certaines phases de déplacements spéciaux qui relèveront le niveau.

Out of the Shadows

Rusher l’histoire ne prendre qu’une petite demi douzaine d’heures, mais le jeu ne se résume pas à cela. En plus de la possibilité de refaire l’aventure en se focalisant sur une autre tortue, ou le mode « Véritable Ninja » correspondant aux traditionnels « New Game + », le titre offre de nombreux autres modes que cela soit en solo ou en multijoueurs, entre bornes d’arcade pour les plus nostalgiques et autres sessions pour perfectionner son style de combat. En jouant, on se rend également compte des très nombreuses références aux précédentes itérations et cela commence par l’écran titre reprenant la couverture originelle de Kevin Eastman et Peter Laird pour le premier numéro. Il s’agit de la première impression lorsqu’on lance le jeu et c’est donc un détail plus qu’appréciable, avant de tomber sur Partners in Kryme. Entre commentaires des Tortues (amusants au début, vite rébarbatifs et lassants), la gestuelle  des TMNT pendant les temps morts, et autres éléments cachés, les références s’enchaînent avec plus ou moins de subtilité. En petit détail, on pourra par exemple jouer avec le look Classic, c’est à dire tous en bandeaux rouges.

TMNT : Out of the Shadows souffre donc d’une réalisation pas au niveau, malgré  de très bonnes idées et un système de combat au point et fignolé. Red Fly propose un jeu bien plus intéressant que son dernier (Thor God Thunder sur 3DS…) et bien meilleur auquel on aurait pu s’attendre. Loin d’être exempt de tout reproche, il ne mérite pas pour autant le bashing auquel il a eu le droit à sa sortie. Il souffre principalement de la comparaison avec Turtles in Time, jeu culte et intemporel. Mais il s’agit d’une comparaison qui n’a pas forcément lieu d’être, OotS ne se posant pas en suite, et plus de deux décennies séparant les deux. Il en faut pas oublier non plus qu’il s’agit d’un jeu disponible en téléchargement sur le XBLA, PSN, et Steam, et non d’un jeu en boite sorti à 70€. Il semblerait que le jeu souffre également de nombreux bugs, et même si je me dois de le signaler, je dois reconnaître n’en avoir subit aucun. Il ne manque finalement pas grand chose à TMNT Depuis les ombres pour vraiment être un bon jeu, qui mérite pour autant que l’on s’attarde dessus.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *